La pandémie de COVID-19 a créé de nouveaux défis urgents pour les employeurs. Ci-dessous, nous avons documenté certaines des pratiques actuelles mises en place par nos clients pour aider à gérer les congés demandés pendant cette pandémie, ainsi qu’une FAQ basée sur nos efforts de collaboration avec nos clients.

ACOEM® considérations pour les employeurs et les entreprises

Principes généraux:

  • Protéger les personnes vulnérables (les personnes âgées, les personnes souffrant d’affections sous-jacentes entraînant une immunodéficience ou les femmes enceintes).
  • Identifier et retirer rapidement les personnes nouvellement infectées.
  • Gardez les employés et les lieux de travail sûrs et hygiéniques.
  • Mettre en place des politiques de gouvernance appropriées.

Planification recommandée:

  • Informez et demandez l’autorisation de votre plan de gestion auprès de la direction de votre organisation. Élaborez votre plan en collaboration avec des professionnels de la santé organisationnelle et de la sécurité au travail, des réglementations gouvernementales et des autorités de santé publique.
  • Les employés malades (y compris ceux qui présentent des symptômes minimes) devraient rester à la maison.
  • Éliminer tout contact étroit avec toute personne présentant des symptômes infectieux [19]. Si l’on pense qu’il y a une transmission du virus du SRAS-CoV2 de COVID-19 dans votre région ou si quelqu’un s’est rendu dans une région présentant des infections potentielles, toute personne présentant des symptômes même bénins d’une infection des voies respiratoires (par exemple, toux, fièvre, fatigue) doit rester à la maison pour être sûr qu’ils n’évoluent pas vers une infection, facilement transmissible et potentiellement sévère du COVID-19 [16].
  • Arrêtez tous les voyages non essentiels vers les villes / pays où des épidémies sont en cours (voir la carte pour aider avec d’autres considérations de risque). [20]
  • Les entreprises devraient évaluer leur tolérance au risque concernant la cessation de tout voyage non essentiel; cela est particulièrement vrai pour les voyages à destination vers tout pays / région / ville signalant des cas.
  • Former le personnel sur la manière de désinfecter correctement les lieux de travail et de leur fournir un équipement de protection individuelle (EPI) approprié. Un EPI approprié pour nettoyer un bureau contaminé par le virus est généralement du N95 ou un autre appareil pour filtrer suffisamment le virus.
  • Nettoyez fréquemment les surfaces de travail couramment touchées (par exemple, toutes les heures), y compris les commandes de la machine, les poignées de porte, les portes de salle de bain, les poignées de robinet, les dessus de table pour le déjeuner, etc. Évitez autant que possible l’équipement partagé (par exemple, les claviers) et nettoyez les surfaces communes entre les quarts de travail ou entre les employés.
  • Nettoyer les surfaces avec un agent qui tue les virus (par exemple, 62-71% d’éthanol, 0,5% de peroxyde d’hydrogène, 0,1% d’hypochlorite de sodium) pendant au moins 1 minute [9]. Il est important de laisser suffisamment de temps aux agents désinfectants pour agir et les instructions doivent être soigneusement suivies.
  • Encouragez le lavage fréquent des mains [21].
  • Éduquer et placer des affiches sur le lieu de travail pour rappeler aux employés de ne pas se toucher les yeux, le nez et/ou la bouche avec les mains non lavées.
  • Apprenez aux employés à utiliser des mouchoirs pour saisir la toux ou les éternuements, puis jetez ces mouchoirs et laver les mains.
  • Évitez les réunions d’équipe planifiées et encouragez la distance physique au sein des groupes, idéalement une distance d’au moins 2 mètres [22]. Encouragez l’utilisation des téléconférences et/ou d’autres formats de réunion virtuelle.
  • Encouragez le signalement précoce de tout symptôme compatible avec COVID-19 au représentant ou au superviseur désigné.
  • Demandez aux employés qui développent des symptômes de rester loin du lieu de travail jusqu’à ce qu’ils soient évalués/testés et/ou jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.
  • Envisagez de faire travailler à domicile les employés pouvant être en phase d’incubation pendant au moins 14 jours après l’exposition possible.
  • Mettre l’emphase sur l’atténuation des risques exposition pendant les effusions virales de pointe, mais ensuite, dès que possible, appliquant toutes les mesures de sécurité, favoriser le retour au travail.
  • S’il y a un cas confirmé sur votre lieu de travail, essayez de maintenir la confidentialité et d’identifier les contacts étroits les plus courants et: 1) faites travailler les contacts étroits à domicile et/ou 2) empêchez les contacts étroits d’entrer sur le lieu de travail.
  • Lorsque les tests d’anticorps deviennent disponibles, évaluer l’état d’anticorps des populations critiques et sensibles (sous direction médicale pour assurer une mise en œuvre, une interprétation et une gestion appropriées). Ces populations comprennent les employés sur les plates-formes de forage pétrolier, le transport maritime commercial, les compagnies croisière et aériennes et les chaînes de montage avec des effectifs travaillant en étroite collaboration.
  • Fournir une assistance proactive pour soutenir la santé mentale des employés.
  • Identifier et former les coordinateurs/représentants sur le lieu de travail qui seront responsables de la mise en œuvre et du suivi du plan.

Plus de détails concernant les préoccupations des entreprises sont disponibles auprès du CDC [23].

RÉFÉRENCES:

11. Guan, W.-j., et al., Clinical characteristics of 2019 novel coronavirus infection in China. MedRxiv, 2020.
12. Michelen, M., N. Jones, and C. Stavropoulou. In patients of COVID-19, what are the symptoms and clinical features of mild and moderate cases? 2020; Available from: https://www.cebm.net/covid-19/in-patients-of-covid-19-what-are-the-symptoms-and-clinicalfeatures-of-mild-and-moderate-case/.
13. Pan, L., et al., Clinical characteristics of COVID-19 patients with digestive symptoms in Hubei, China: a descriptive, cross-sectional, multicenter study. Am J Gastroenterol, 2020. 20.
14.Rodriguez-Morales, A.J., et al., Clinical, laboratory and imaging features of COVID-19: Asystematic review and meta-analysis. Travel medicine and infectious disease, 2020: p. 101623.
15. Xu, X., et al., Imaging and clinical features of patients with 2019 novel coronavirus SARS-CoV-2. European Journal of Nuclear Medicine and Molecular Imaging, 2020: p. 1-6.
16.Wong, J.E., Y.S. Leo, and C.C. Tan, COVID-19 in Singapore—current experience: critical global issues that require attention and action. Jama, 2020.
17. Matthews, A. and N. McDermott. IT’S SPREADING First coronavirus case confirmed in London as woman diagnosed with deadly bug brings total in UK to nine. 2020; Available from: https://www.thesun.co.uk/news/uknews/10950656/first-coronavirus-case-confirmed-inlondon-as-officials-worst-fears-come-true/.
18. Zhang, Y. The Epidemiological Characteristics of an Outbreak of 2019 Novel Coronavirus Diseases (COVID-19) — China, 2020. 2020; Available from: http://weekly.chinacdc.cn/en/article/id/e53946e2-c6c4-41e9-9a9b-fea8db1a8f51.
19.CDC. How to Protect Yourself & Others. 2020; Available from: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-gettingsick/prevention.html?CDC_AA_refVal=https%3A%2F%2Fwww.cdc.gov%2Fcoronavirus%2F2019-ncov%2Fprepare%2Fprevention.html.
20. University, J.H. Coronavirus COVID-19 Global Cases by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University (JHU) . 2020; Available from: https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6.
21. Ferner, R. Hand Disinfectant and COVID-19. 2020; Available from: https://www.cebm.net/covid-19/hand-disinfectant-and-covid-19/.
22. Mahtani, K., C. Heneghan, and J.K. Aronson. What is the evidence for social distancing during global pandemics? 2020; Available from: https://www.cebm.net/covid-19/what-is-the-evidencefor-social-distancing-during-global-pandemics/.
23. CDC. Interim Guidance for Businesses and Employers to Plan and Respond to Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). 2020; Available from: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/community/guidance-businessresponse.html?CDC_AA_refVal=https%3A%2F%2Fwww.cdc.gov%2Fcoronavirus%2F2019-ncov%2Fspecific-groups%2Fguidance-business-response.html.

Gestion organisationnelle et impacts sur l’entreprise

La majorité de nos clients élargissent les options de travail domicile. Nous avons observé d’autres mesures d’adaptations mises en place, notamment la réduction/élimination des réunions sur site et hors site. Également, certains clients adoptent des horaires rotatifs travail tôt le matin/tard le soir, pour permettre à plus d’employés de travailler à domicile à tout moment tout en conservant une présence fonctionnelle dans leurs bureaux. Ces pratiques varient selon la province et en fonction de la législation actuelle en matière de fermetures obligatoires.

En termes d’admissibilité aux congés, nous avons conseillé à nos clients de gérer les réclamations comme ils le faisaient normalement dans le cadre de leurs régimes établis. Par exemple, si un employé ne remplit pas les conditions requises pour soumettre une demande d’invalidité de courte durée (i.e il n’est pas lui-même atteint d’une maladie ou ne présente aucun symptôme justifiant un arrêt de travail), même s’il est mis en quarantaine, il ne peut avoir accès à ce type de congés dans le cadre de ces programmes. Cependant, l’employeur peut envisager de fournir à cet employé l’accès à d’autres types de congés pendant la période de quarantaine ou lui permettre de travailler à domicile si possible. Nous nous en remettons aux directives de nos clients quant à la manière dont ils souhaitent que ces réclamations soient gérées; respectant que les employeurs peuvent avoir des besoins opérationnels très différents.

S’il s’agit d’un cas confirmé, l’employé peut avoir droit à un congé payé dans le cadre du programme d’invalidité de courte durée offert par l’entreprise.

À moins que l’employé ne soit malade ou en quarantaine obligatoire, il n’est probablement pas admissible à des congés fournis par l’entreprise.

À ce jour, nous n’avons constaté aucune augmentation des demandes pour cause de santé mentale liées au Covid-19.

La requête n’étant pas liée à la maladie de l’enfant, il se peut que vous ne soyez pas éligible à un programme de congé d’entreprise. Cependant, la Prestation canadienne d’urgence offerte par le gouvernement canadien fournira 2 000 $ par mois pendant un maximum de 4 mois aux parents travaillant au Canada et qui doivent rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants en raison de la fermeture des écoles ou des garderies. De plus, certains employeurs offrent aux employés des congés personnels en raison de fermetures des écoles.

Pour les employés qui reviennent d’un voyage personnel ou lié au travail à l’étranger ou dans d’autres régions à haut risque, la solution la plus sûre consiste à favoriser l’auto-quarantaine et/ou à travailler depuis leur domicile pendant au moins 14 jours et à ne pas avoir de contact direct avec d’autres travailleurs [11]. Si l’employé tombe malade, il devra appeler rapidement le 811 ou 1-877-644-4545 afin d’obtenir les directives avant de se présenter dans une clinique ou un hôpital (par exemple, pour organiser l’entrée à utiliser, type de masque approprié avant d’entrer dans le bâtiment). Il devra également éviter tout contact avec d’autres personnes et utiliser un couvre-visage ou un masque lorsqu’il sort de la maison. Le port d’un masque chirurgical en cas de maladie peut aider à réduire la propagation du virus causée par les éternuements ou la toux. De plus, il est recommandé que les personnes en bonne santé portent un couvre-visage ou un masque lorsqu’elles sortent dans la communauté, car il existe des preuves de la propagation du virus du SRAS-CoV2 de COVID-19 par des personnes asymptomatiques et pré-symptomatiques.

Toutes les questions concernant les infections potentielles au COVID-19 doivent être adressées au service de santé local/provincial; ils ont l’expertise et le personnel pour enquêter sur l’épidémie et effectuer des recherches nécessaires pour identifier la/les sources.

Il est important de reconnaître que les recommandations de retour au travail pour les travailleurs essentiels, en particulier les travailleurs de la santé ou ceux exposés, peuvent devoir être modifiées au cours de l’épidémie pour des raisons pratiques en réponse à une grave pénurie de main-d’œuvre dans ces secteurs clés.

Suivez le même protocole que si la personne revenait d’un pays d’outre-mer ou d’une région à haut risque d’infection.

Cette personne doit être traitée comme si elle était infectée, avec une période de quarantaine d’au moins 14 jours. Assurez-vous que le service de santé local est impliqué. Si l’employé développe des symptômes typiques d’une infection par COVID-19, il doit contacter son service de santé pour aller dans un point de services passer un test.

FAQ -Employés mis en quarantaine ou exposés au virus

Nous n’avons vu aucune compagnie ajouter ou créer une politique. Cependant, nous remarquons que les employeurs tirent parti des plans et des politiques existants de différentes manières (par exemple, autoriser des congés sans solde et des congés personnels) ou référer les employés à l’assurance-emploi s’ils sont tenus de se mettre en quarantaine.

Si un employé est revenu d’un voyage international, il doit être mis en quarantaine obligatoire en vertu de la législation du gouvernement canadien.

Une autorisation du médecin peut être demandée pour qu’un employé retourne au travail; cependant, ces pratiques varient en fonction du milieu dans lequel retourne l’employé et en fonction de la législation provinciale actuelle.

Selon la législation la plus récente, la période de quarantaine est de 14 jours, ce qui serait une période appropriée pour couvrir l’employé, si l’employeur décide de procéder ainsi.

Si l’employé a un membre de sa famille (ou une personne avec laquelle il a été en contact étroit) retournant d’un voyage international au cours des 14 derniers jours, il devra se mettre en auto-isolation pendant une période de 14 jours. Ils peuvent cependant être autorisés à travailler à domicile si cela convient à leur fonction.

À l’heure actuelle, les employeurs ne peuvent demander des documents médicaux pour justifier une mise en quarantaine ou l’auto-isolement.

Si l’employé est malade, il peut être éligible à des programmes de l’entreprise tel que l’invalidité de courte durée. Cependant, si l’employé n’est pas malade, votre entreprise peut choisir d’offrir un congé personnel ou de référer l’employé aux prestations d’assurance-emploi.

Nous mettrons à jour cette page web avec des informations et des ressources supplémentaires dès qu’elles seront disponibles.

Vous voulez en savoir plus sur ReedGroup ou avez-vous besoin d’aide?